Les trois garçons avaient rempli une vingtaine de bouteilles d'acide chlorhydrique afin de bloquer leur lycée et de manifester contre la présence du Front national et d'Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle. Leur empressement à les exhiber sur les réseaux sociaux leur ont valu une mise en examen.

C'est le lycée Gaston-Bachelard de Chelles (Seine-et-Marne) qui a alerté les autorités jeudi dernier. La veille, deux de ses élèves avaient publié sur Snapchat une vidéo les montrant en pleine fabrication d'une banderole anti-FN et d'une bouteille remplie d'acide chlorhydrique. Leur intention ? Bloquer l'accès à leur établissement le jeudi matin afin de rejoindre le mouvement lycéen "ni fachos ni patrons", lequel entend bien manifester son mécontentement vis-à-vis des programmes politiques portés par les deux candidats.

Le blocage de l'établissement scolaire n'ayant finalement pas eu lieu, la police n'a pu intercepter les deux adolescents et ces derniers ont regagné leurs domiciles de Vaires-sur-Marne, afin de sécher les cours. Leurs parents joints alors par téléphone expliquent que ces derniers ont prévu de se rendre place de la République à Paris, pour manifester.

16 bouteilles d'acide prêtes à exploser

Les forces de l'ordre ont alors procédé à des perquisitions aux domiciles respectifs des deux lycéens. Une bouteille remplie d'acide chlorhydrique et deux autres vides ont été retrouvés dans le jardin où la vidéo a été tournée. L'une de ses bouteilles vides contenait des feuilles d'aluminium fondues, de quoi provoquer des détonations, par ailleurs entendues par les voisins la veille.

Tandis que les policiers rentrent au commissariat, l'un des deux adolescents est aperçu à la gare de Vaires-sur-Marne avec un ami. Les deux garçons sont interpellés et le second lycéen finit par se présenter de lui-même au commissariat. Chez les parents de ce dernier, les forces de l'ordre retrouveront 16 bouteilles d'acide prêtes à l'emploi.

Placés tous les trois en garde à vue, les lycéens ont nié leur intention de s'en servir tout en admettant avoir concocté ses mélanges. Mis en examen, les trois adolescents seront présentés à un juge des enfants le 15 juin prochain pour "participation à un groupement en vue de violences, de dégradations ou de destructions et pour fabrication d’engins explosifs ou incendiaires non autorisés".

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !