Le 8 juin dernier dans un centre commercial à Argenteuil, un enfant de 4 ans est décédé dans la chute d'une cabine d'ascenseur dans laquelle il se trouvait. La famille a porté plainte contre le centre commercial et les sociétés d'ascenseurs. Un premier rapport fait état d'un "flexible hydraulique désolidarisé du raccord de la tête de vérin". 

Le 8 juin dernier, un petit garçon de 4 ans décédait dans la chute brutale d'un ascenseur d'un centre commercial d'Argenteuil, dans le Val-d'Oise. Deux semaines après ce drame, une question se pose : l'ascenseur était-il bien entretenu ? Ce mercredi 20 juin, l'avocat de la famille du garçonnet tué a porté plainte contre les sociétés d’ascenseurs ThyssenKrupp et Schindler France, mais également contre le directeur du centre commercial pour "homicide involontaire", "mise en danger de la vie d'autrui" et "dissimulation de preuves et modification de l’état des lieux d’un délit".

Une volonté de dissimuler les défaillances techniques

L'avocat s'indigne notamment que la direction de l'établissement ait récupéré le dernier carnet d'entretien de l'ascenseur auprès du poste de sécurité, juste après l'accident. De plus, le conseil de la famille de l'enfant met en avant les constatations rendues par un expert mandaté par la justice. Le jour du drame, ce dernier aurait écrit dans un rapport avoir "constaté que le flexible hydraulique était désolidarisée du raccord de la tête de vérin [...] Cela pourrait expliquer la dérive de la cabine en descente par un manque de pression au niveau du vérin". En clair, des défaillances techniques seraient à l'origine de la chute de cette cabine. 

De plus, un autre expert aurait spontanément rapporté à la justice qu'une défaillance technique similaire avait déjà eu lieu dans ce même centre commercial, en 2015. La cabine d'un ascenseur vide était tombée de la même manière, cette fois-ci sans faire de victime. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !