Les analyses ADN sont formelles : les ossements découverts au mois de mars près de Toulouse sont bien ceux d'une infirmière de 47 ans, dont la disparition avait été signalée il y a 4 ans. 

Au mois de mars dernier, les ossements ont été découverts par des promeneurs, dissimulés sous un amas de ronces au bord d'un chemin de randonnée de Montesquieu-Volvestre, en Haute-Garonne. Les analyses ADN viennent de confirmer qu'il s'agit bien des restes de la dépouille de Sylvie P., portée disparue depuis le 4 mars 2014 et qui habitait non loin de là.

Meurtre ou suicide ?

Des emballages de médicaments ont par ailleurs été retrouvés à proximité du corps, ce qui pourrait laisser penser à un éventuel suicide. Il y a 4 ans, lorsque cette infirmière de 47 ans avait disparu, l'enquête avait été confiée aux gendarmes de la section de recherches de Toulouse. Plusieurs proches de la disparue avait alors été entendus dans le cadre de gardes à vue, qui n'avait pas permis aux enquêteurs de faire avancer l'enquête. 

La découverte du corps va maintenant permettre aux gendarmes de poursuivre leur enquête sur la base d'éléments concrets. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !