Tandis que le principal suspect dans le meurtre du petit Tom continue de nier son implication face aux enquêteurs, ces derniers passent au crible ses comptes sur les réseaux sociaux...

Lundi 28 mai, le corps sans vie du petit Tom, 9 ans, était découvert dans le jardin d'une maison abandonnée à Hérie-la-Viéville, un village de l'Aisne. L'enfant aurait vraisemblablement été violé avant d'être tué. Très vite, les enquêteurs se sont focalisés sur un jeune marginal de 27 ans, Jonathan. L'homme est le dernier à avoir été en compagnie de l'enfant le lundi soir. Placé en garde à vue, il nie son implication. 

Les enquêteurs, qui ont dans un premier temps fouillé son logement, ont également inspecté ses comptes sur les réseaux sociaux. D'après Le Parisien, Jonathan affichait clairement sur internet sa personnalité narcissique en publiant des centaines de photos retouchées, accompagnées de messages intimes. 

Il y a deux mois, le suspect avait d'ailleurs publié un message sur Facebook, dans lequel il se plaignait d'être accusé de pédophilie et faisait part de son intention de porter plainte. "Me faire passer pour un violeur d'enfant en bande organisée, ça je n'accepte pas ce genre de rumeurs gratuites et malsaines", avait-il écrit. 

Les parents de Jonathan, qui d'après leur avocat sont "profondément meurtris" et "en état de choc", ont rappelé que leur fils souffrait de schizophrénie. "Je ferai tout pour qu'il soit en maison psychiatrique et qu'il ne reste pas en prison, ça ne servira à rien", a assuré sa mère. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !