Sinik, le rappeur français des années 2000, a laissé tomber le micro et les rimes pour se lancer dans une carrière de tatoueur. 

Thomas Idir, né à Paris en 1980, Sinik de son nom de scène, tombe amoureux du rap dès son plus jeune âge. A 13 ans, il commence déjà à écrire ses propres textes, mais ne connaît pas le même succès à l'école. Il arrête le collège en 4e pour échec scolaire, et vit de petits larcins. C'est en dealant qu'il rencontre Diam's, autre figure du rap des années 2000. Elle lui recommande de se concentrer sur le rap. Sinik suit à la lettre les conseils de la chanteuse, et il a bien fait.

Après avoir fait partie de plusieurs collectifs, il sort son premier maxi solo à 20 ans et se fait un nom dans le monde du rap parisien. En 2005, La main sur le coeur, son premier album studio, s'écoulera à 250 000 exemplaires. Ce succès ce confirme avec deux autres albums en 2006 et 2007. Les trois prochains rencontreront moins de succès, mais seront disque d'or. Enfin, Sinik préfère s'éloigner du rap lorsqu'il sent le vent tourner

"J'ai dépassé la trentaine. La musique, on est sur une fin de cycle. Le train est passé, je n'ai pas honte de le dire, je suis en reconversion. Ma carrière, je l'ai vécue, c'est cool, mais je ne vais pas me reposer là-dessus", avait-il confié à Booska-p.com.

Mais Thomas Idir est désormais propriétaire d'un salon de tatouage dans le 14e arrondissement de Paris, et ce depuis mai 2016. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !