Depuis que Maryam Pougetoux est apparue voilée à l'occasion d'une prise de parole publique, le choix de la responsable de l'Unef de porter le voile est largement critiqué par plusieurs ministres. A contrario, des députés de la majorité appellent à respecter la décision de la jeune femme et à ne pas faire d'amalgames .

"Moi je ne pense pas que le voile rime avec conservateur, obscurantiste ou autres, je crois qu’il faut écouter ce que les gens ont à dire. A partir du moment où c’est un choix, où c’est le choix de cette jeune femme, le plus féministe c’est de respecter son choix", expliquait ainsi le député LREM Aurélien Taché, ce lundi soir sur BFMTV. L'élu, qui a été l'un des premiers à prendre la défense de Maryam Pougetoux, responsable de la section de Paris IV-Sorbonne. Son apparition, voilée à la télévision, a déclenché une vive polémique et a été fortement critiquée, notamment parmi les membres du gouvernement.

Mercredi, Marlène Schiappa se disait "interpellée" par le choix du syndicat de gauche de mettre en avant le port du voile. Gérard Collomb, ministre de l'Intérieur, s'était même dit "choqué" par ce "prosélytisme". "C'est assez pathétique de la part d'un ministre de l'Intérieur d'avoir de tels propos, aussi violents. Sachant que Mon voile n'a aucune fonction politique", lui a répondu la jeune femme de 19 ans, dans un entretien accordé à Buzzfeed.

Dès le départ, les prises de position des membres de la majorité ont été particulièrement dures. "C’est autorisé de porter le voile. Mais choisir un porte-parole qui porte le voile, ça veut renvoyer aussi un message politique très clair, qui pour nous ne correspond pas à ce qu’est l'Unef et donc nous nous interrogeons dessus", a ainsi réagi le député de Paris Sylvain Maillard, sur BFMTV. 

Une opinion partagée par Aurore Bergé, porte-parole du groupe LREM à l'Assemblée. "Ceux qui libèrent les femmes ne seront jamais ceux qui ne les acceptent dans l'espace public que si elles sont suffisamment couvertes. Ceux qui participent à cette banalisation dans l'espace public et politique sont complices", a-t-elle dénoncé sur Twitter. 

Outre Aurélien Taché, Maryam Pougetoux peut toutefois compter sur le soutien de Stanislas Guérini, qui ne voit pas "d'islam politique" dans son voile. "Il faut à la fois respecter strictement la loi de 1905 et mener une bataille culturelle pour dire à toutes les femmes: vous êtes libres de porter ou ne pas porter le voile, sans en faire la promotion (...). Je ne suis pas choqué que l’on puisse porter le voile", a fait valoir le député LREM de Paris. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !