L'histoire d'Hannah Baker éveille des craintes chez certains spécialistes de la santé mentale. 

La série à succès de Netflix 13 Reasons Why ne fait pas l'unanimité chez le corps enseignant et les spécialistes de la santé mentale canadiens. L'histoire d'Hannah Baker, cette lycéenne qui se suicide et laisse des cassettes à son entourage expliquant la raison de son acte pourrait ainsi inciter des jeunes à se tuer pour avoir de l'attention

Une commission scolaire de l'Ontario décrit la série comme une "glamorisation des tendances suicidaires et un portrait négatif des professionnels aidants" et incite fortement les enseignants à ne pas utiliser cette série dans le cadre scolaire. Dans les faits, ils craignent que l'effet bénéfique que cela pourrait avoir sur certains étudiants soit éclipsé par le trouble occasionné chez d'autres.

Certains établissements ont même pris des mesures extrêmes, interdisant de parler de la série dans l'enceinte de l'école. Ce genre de mesure soulève des questions et semble un peu compliquée à appliquer, mais donne l'exemple. 

Le Ministère de la Santé du Canada a même réagi avec une lettre envoyée au personnel des écoles, dans laquelle ils encouragent à la vigilance et incitent le personnel éducatif à répondre aux questions que pourraient se poser des étudiants. Ils affirment même que "des tentatives de suicides ou des suicides, au Québec et ailleurs dans le monde, seraient déjà rattachées à ces phénomènes." 

Netflix répond à la polémique en restant sur ses positions : "Beaucoup de gens nous accusent de rendre le suicide glamour et j'ai vraiment l'impression que nous avons fait l'exact opposé. Ce que nous avons fait, c'est représenter le suicide dans tout ce qu'il a de moche et de néfaste."

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !