L'usine qui fabrique la Dépakine, médicament censé lutter contre l'épilepsie, rejette dans l'air jusqu'à 190.000 fois la quantité autorisée de bromopropane, substance particulièrement toxique...

Ce lundi, l'association France nature environnement (FNE) a porté plainte contre l'une des usines Sanofi, qui se situe dans les Pyrénées-Atlantiques. D'après Mediapart, cette usine qui fabrique la Dépakine, médicament pour lutter contre l'épilepsie, émet dans l'atmosphère des quantités astronomiques de substances dangereuses pour l'environnement et la santé.

Jusqu'à 190.000 fois la quantité autorisée de bromopropane

Ainsi, l'entreprise Sanofi rejette aux environs de la commune de Lacq, dans les Pyrénées-Atlantiques, jusqu'à 190.000 fois la quantité autorisée de bromopropane. Cette substance dangereuse est considérée comme cancérigène mutagène. Le bromopropane est en outre soupçonné d'avoir des répercussions néfastes sur la fécondité. 

Sanofi assure que ces substances ne sont pas toxiques

Les analyses menées autour de l'usine ont démontré le rejet de plusieurs tonnes de bromopropane par an, ainsi que d'autres substances toxiques comme le valproate de sodium, le composant de base de la Dépakine. Au total, ce sont cinq polluants fortement susceptibles d'être dangereux pour la santé des habitants qui ont été relevés dans les airs par l'association. 

Pour sa part, Sanofi, qui a été mis en demeure de faire des travaux avant la fin du mois de juillet, assure que ces rejets ne sont pas toxiques. Une réunion avec les services de l'État est prévue ce mercredi. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !