Dans une longue lettre qu'a pu consulter le JDD, le meurtrier présumé de la petite Angélique, violée avant d'être étranglée fin avril dans le Nord, s'est confié à son avocat. 

Le 25 avril dernier à Wambrechies, dans le Nord, David Ramault violait et tuait Angélique, une adolescente de 13 ans. Incarcéré depuis fin avril, l'homme de 45 ans, père de famille, a écrit une longue lettre à son avocat dans laquelle il éclaircit les circonstances de ce meurtre. 

Mis en examen pour "séquestration", "viol" et "meurtre" suite à ses aveux, le chauffeur de bus affirme dans ce courrier, auquel le JDD a eu accès, qu'il ne pouvait "plus cacher ça" lorsque l'enfant a commencé à se débattre et qu'au moment du meurtre, il s'est trouvé "dégueulasse".

Son avocat explique que par la suite, il a "déployé une énergie folle pour se sauver, tout en sachant que c'(était) peine perdue". Le JDD précise ainsi que David Ramault n'a "pas acheté la bonne pelle" et que le sol était trop dur. Il est même sorti de chez lui avec une trace de sang sur le visage. En outre, le meurtrier rapporte avoir par la suite manipulé "délicatement" Angélique, "comme (s'il) pouvait encore lui faire du mal". David Ramault affirme dans cette même lettre avoir voulu avouer son meurtre au plus vite à sa femme, mais qu'en voyant ses fils à l'arrière de la voiture, il a renoncé. 

En revanche, le meurtrier présumé d'Angélique conteste les faits d'exhibition sexuelle dans un bus, qui lui sont par ailleurs reprochés. 

Son épouse, qui a décidé de se porter partie civile dans ce dossier, va engager une procédure de divorce. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !