Sabrina Koui­der et Ouis­sem Medouni, accusés d'avoir tué leur jeune fille au pair française, sont actuellement jugés pour ce meurtre à Londres. Ce lundi, l'un des accusés a dressé un portrait terrible de sa compagne, paranoïaque. 

En septembre 2017, la police découvrait dans le jardin de Sabrina Koui­der et Ouis­sem Medouni les restes du cadavre de leur jeune fille au pair, Sophie Lionnet, qu'ils tentaient de faire disparaître par le feu. L'enquête finira par révéler que la jeune Française venue à Londres pour s'occuper des enfants du couple vivait un véritable calvaire. 

Une mère de famille paranoïaque et violente

Depuis le début de l'affaire, les soupçons de violences se portent sur Sabrina Kouider, son employeuse. La Française, ex-compagne du fondateur de Boyzone, Mark Walton, a été inculpée pour ce meurtre à la fin du mois de septembre, mais elle a décidé de plaider non coupable à son procès et dément l'intégralité des faits dont elle est accusée. Quant à son ex-compagnon, Ouissem Medouni, il a seulement reconnu avoir brûlé le corps de la jeune fille au pair et plaide à son procès coupable d'entrave à la justice, mais non de meurtre. Alors, lequel des deux a tué Sophie Lionnet ? Peut-être l'ont-ils tué tous les deux ? C'est à ces questions-là que le procès qui se tient actuellement à Londres devra tâcher de répondre.

Ce lundi 16 avril, Ouissem Medouni a livré un portrait glaçant de Sabrina Kouider, la décrivant comme paranoïaque, en proie à des accès de violences. Sabrina, qui trompait allégrement Ouissem, était pourtant persuadée des infidélités de ce dernier. « Elle me disait qu'elle avait un don, elle pensait que ses rêves allaient vrai­ment arri­ver », a expliqué l'accusé, qui était « très inquiet pour la santé mentale » de sa compagne, qui avait déjà fait trois tentatives de suicide.  « Je n'ai rien dit aux services sociaux ni à sa famille, parce que je voulais la protéger et qu'elle puisse garder les enfants », a-t-il reconnu. Les mois qui ont précédé le meurtre de Sophie Lionnet, Sabrina Kouider aurait totalement sombré dans la paranoïa, accusant la jeune fille de comploter avec l'un de ses ex pour lui nuire. La mère de famille aurait à ce moment-là fait subir des violences à la jeune fille au pair pour lui faire avouer des crimes imaginaires. Des violences qui auraient conduit à sa mort. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !