Les statistiques de 2016 ont parlé. Le nombre d'actes homophobes a augmenté l'année dernière en France. Quelles conséquences en tirer ?

Mercredi, l'association SOS Homophobie a publié son rapport sur l'année 2016. Alarmée, elle note une forte hausse des actes de violences homophobes. En 2015, le nombre de plaintes était de 1318, et il a augmenté de presque 20%, pour arriver à 1575 en 2016. La campagne électorale est clairement accusée d'être responsable de cette hausse des statistiques, à cause de la floraison des propos discriminatoires de certains candidats.

"La haine envers les personnes lesbiennes, gays, bi et trans (LGBT) persiste, s'amplifie et s'ancre toujours aussi profondément dans notre société", précise le rapport.

Le nombre de plaintes le plus élevé date de 2013, où les débats politiques autour du mariage pour tous avaient provoqué un pic de violences de plus de 3500 personnes en un an. En 2015, le taux était retombé à ce qu'il est d'ordinaire. Mais avec la propagation des discours conservateurs et de haine dans les médias, ce phénomène a été exacerbé. 

Des mouvements idéologiques comme Sens Commun ont par exemple largement relayé les arguments mis en avant par la Manif pour Tous. Cela a participé à amplifier la diffusion de ce type de discours pour une partie des candidats de droite. 

Comme pour tout, Internet libère la pensée, pour le meilleur comme pour le pire. On voit ainsi émerger sur Twitter des hashtags anti-LGBT comme "#LesHomosexuelsDoiventDisparaitre" ou "#EnsembleLuttonsContreLesPd". Ce genre de messages ont toujours existé, mais sont présents en nombre plus important depuis quelque temps.

Reste à savoir si, une fois la période électorale terminée et les élections législatives passées, le nombre d'actes homophobes baissera à nouveau.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !