Alors que Jawad Bendaoud, au terme de son procès, a appris avec soulagement qu'il était relaxé par la justice, certains politiques n'ont pas caché leur colère. 

Jawad Bendaoud, surnommé le "logeur de Daech", était jugé pour avoir logé dans son appartement deux terroristes ayant participé aux attentats djihadistes du 13 novembre 2015 à Paris. Le jeune homme, qui n'a eu de cesse de clamer son innocence, a appris ce mercredi 14 février sa relaxe dans cette affaire. 

Une décision qui quelques minutes plus tard a déclenché des réactions indignées de la part des internautes sur les réseaux sociaux, mais également des politiques, pourtant tenus au principe de la séparation des pouvoirs qui veut qu'un élu s'abstienne de commenter les décisions judiciaires. 

Les premiers a faire part de leur incompréhension ont été plusieurs politiques d'extrême droite qui ont souligné le passé de trafiquant de drogues de Jawad Bendaoud. 

"Voilà pourquoi les djihadistes de Syrie veulent venir se faire juger en France !"

"Le trafiquant de drogue Jawad (déjà condamné pour homicide) qui a hébergé des terroristes islamistes, est relaxé : une invraisemblable décision de justice marquée par le laxisme le plus caricatural. Voilà pourquoi les djihadistes de Syrie veulent venir se faire juger en France!", s'est exclamé le vice-président du Front national, Nicolas Bay.

Une opinion partagée par Nicolas Dupont-Aignan, président de Debout la France, et le maire d'Orange Jacques Bompard (extrême droite), qui a établi une comparaison entre Jawad Bendaoud et Salah Abdeslam. 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !