La plateforme américaine a finalement cédé aux revendications de ses chauffeurs, qui avaient engagé un véritable bras de fer avec le secrétariat d'État aux Transports. 

Mardi, la plateforme de VTC Uber, en conflit avec ses chauffeurs, a annoncé avoir créer un "fonds de soutien" à hauteur de deux millions d'euros, pour les "partenaires chauffeurs en difficultés", rapporte un porte-parole du groupe américain à l'Agence France Presse. 

Bien qu'Uber n'est pas encore précisé les modalités exactes d'attribution de ce fonds - ni indiqué s'il allait augmenter ses tarifs ou diminuer sa commission, comme le revendiquait ses chauffeurs -, une nouvelle réunion a été entamée aujourd'hui même entre les plateformes et les chauffeurs, à 14h30 au secrétariat d'Etat aux Transport, afin de trouver une issue favorable à ce conflit. 

Alain Vidalies, secrétaire d'État aux Transports, avait demandé à Uber de « geler temporairement l'augmentation de sa commission, récemment passée de 20 à 25 % », le temps de mener les négociations nécessaires avec l'aide du médiateur nommé par le gouvernement. Sans rejeter formellement cette demande, l'entreprise américaine a réclamé un délai supplémentaire pour y réfléchir.

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !