En pleine polémique concernant ses politiques de sécurité, Uber voit également ses salariés accusés d'espionner les déplacements de leurs anciennes relations ainsi que ceux de célébrités comme Beyoncé, ou encore de politiciens, via leurs déplacements, enregistrés sur l'application de covoiturage.

Plus tôt cette année, Ward Spangenberg, un ancien employeur d'Uber, a attaqué en justice la compagnie devant la Cour suprême de Californie, prétendant que cette dernière avait fait preuve de discrimination le concernant. Selon lui, Uber l'a licencié en raison de son âge et du processus de dénonciation qu'il avait entamé.

« Je me suis plaint qu’Uber ne tenait pas compte de la protection des données, y compris, entre autres choses, que les informations relatives à la paie pour tous les employés d’Uber aient été compilées dans une seule feuille de calcul Google non sécurisée », a expliqué Mr Spangenberg, lors d'une déclaration sous serment déposée en octobre dernier.

« J’ai également rapporté que le manque de protection des données des clients avait comme conséquence que les employés d’Uber pouvaient suivre des politiciens, et célébrités de haut calibre en plus de leurs connaissances personnelles, incluant leur ex-copains ou ex-époux », a également déclaré l'ancien employé.

Ward Spangenberg a aussi confié au Center for Investigative Reporting (CIR) que la chanteuse Beyoncé faisait partie des stars dont les activités étaient surveillées.

 

 

Réagissez !

Vous devez être connecté pour commenter

L'appli !

L'application mobile Le Vrai Site

Téléchargez maintenant !